"Complément d'enquête" 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Complément d'enquête" 2017

Message  Chaous le Mar 18 Juil 2017 - 6:06

S'est enrichi, s'enrichit et s'enrichira sous 'contrôle' bienveillant du 'système'
Pour ceux et celles qui ne l'ont pas vue (moi...), émission télévisée juillet 2017, je ne sais pas si l'on y parle des propriétaires tenu par la laisse PVCP
 (Rectificatif : si si on y parle bien des propriétaires..! - voir fin de page "propriétaire prise en otage")


Emission France Info "COMPLEMENT D'ENQUETE" Juillet 2017


VIDEO. Comment Pierre & Vacances s’est fait subventionner par l’Etat français

Si Pierre & Vacances-Center Parcs vend ses résidences de tourisme comme des petits pains, c'est aussi grâce au talent de lobbyiste de son patron, Gérard Brémond. Extrait de "Complément d'enquête".

France 2France Télévisions
Mis à jour le 14/07/2017 | 01:46
publié le 13/07/2017 | 23:22


Le "système Brémond" ne fait pas que des heureux, mais Pierre & Vacances continue à vendre ses résidences de vacances comme des petits pains – et comme des placements de bon père de famille.
C'est que Gérard Brémond, le patron de Pierre & Vacances-Center Parcs, a l'oreille des politiques : il a su obtenir de l'Etat français un régime fiscal attractif. "Un extraordinaire lobbyiste, selon Jean-Luc Michaud, haut fonctionnaire et fondateur de l’Institut français du tourisme. On sent sa patte même lorsqu'on ne voit pas sa main."
"A chaque budget, confie le sénateur LR Jean-Pierre Raffarin, on voit M. Brémond venir défendre un certain nombre de niches fiscales qui sont favorables au tourisme." De fait, depuis 1996, avec ses lois de défiscalisation successives (lois Périssol, Demessine, Censi-Bouvard), l'Etat français accorde aux acheteurs de résidences de vacances des avantages fiscaux de plus en plus élevés, jusqu'à 25% du prix d'achat.

"Un dispositif extrêmement astucieux"

"Un dispositif extrêmement astucieux", selon Jean-Luc Michaud. Ce dispositif "a boosté le secteur, et notamment Pierre & Vacances, le plus gros opérateur. La France est le seul pays qui subventionne les opérateurs touristiques de cette manière !"
Développer le tourisme grâce à l'argent public, l'une des clés du modèle Brémond. Un modèle quelque peu mis à mal depuis janvier 2017, puisque l'exonération fiscale à l'achat d'une résidence de tourisme, jugée trop coûteuse, a finalement été supprimée.
Un extrait de "Pierre & Vacances, la saga", un hors-série de "Complément d'enquête" diffusé le 13 juillet 2017.

"Complément d'enquête". Pierre & Vacances : la saga


franceinfoFrance Télévisions
Mis à jour le 14/07/2017 | 01:39
publié le 06/07/2017 | 22:52


Vous ne le connaissez pas, mais lui vous connaît bien.

Depuis cinquante ans, il vous emmène en vacances chaque année à la mer, à la montagne ou à la campagne.
C'est le patron d'un des plus grands groupes de tourisme d'Europe, Pierre & Vacances-Center Parcs, avec 300 sites de séjour en Europe et autour de la Méditerranée.
Parti d'un projet fou au début des années 70, une station de ski sans voitures à Avoriaz, il a fait fortune (estimée à 170 millions d'euros), sa multinationale est cotée au CAC 40, et voilà qu'il s'implante maintenant en Chine.
Pendant plusieurs semaines, Gérard Brémond a ouvert les portes de son entreprise à "Complément d'enquête".

Qui est vraiment le père du tourisme de masse ? Comment a-t-il bâti le succès de PVCP ?

En cinquante ans, il se targue d'avoir tout inventé des vacances françaises, mais à quel prix ? Plongée dans les coulisses du modèle Brémond, dont l'ambition écrasante fait aussi des victimes.

Le groupe et ses marques

Avoriaz le prototype (où Brémond crée aussi le Festival du film fantastique), Cap Esterel la vitrine, Center Parcs le projet de tourisme en milieu rural, Aqua Mundo le parc aquatique, Villages Nature la caution écolo-durable, SunParks et sa déclinaison chinoise... cette saga retrace les étapes du développement du groupe PVCP à travers ses différentes marques, fait le portrait d'un génie des affaires (et du lobbying)… et donne la parole à ses détracteurs.

Un modèle économique basé sur la défiscalisation…

Développer le tourisme grâce à l'argent des Français, c'est la clé du modèle Brémond. Une forme de "capitalisme populaire" vantée notamment par Jean-Pierre Raffarin : le sénateur LR est un grand fan de Gérard Brémond. Pour vendre ses résidences comme des investissements de bon père de famille, l'inventeur de Pierre & Vacances a su obtenir de l'Etat français un régime fiscal attractif. Il serait d’ailleurs le principal instigateur des lois successives de défiscalisation immobilière (les lois Périssol, Demessine, Censi-Bouvard…), sur lesquelles il a bâti sa fortune.


… et la participation des collectivités locales

Le groupe sait aussi économiser sur les équipements de ses parcs de loisirs : il les fait financer par les collectivités locales en leur faisant miroiter des emplois. Pour le Center Parcs de la Vienne, construit en 2015, sur un coût total de 300 millions d'euros, l'apport de PVCP était par exemple de 32 millions, contre 138 pour l'Etat et les collectivités… Les communes, elles, sont prêtes à risquer la banqueroute pour décrocher un Center Parcs ! Malgré tous ses projets, PVCP finit, ces cinq dernières années, par afficher des déficits. Mais l'inusable Gérard Brémond compte bien retomber sur ses pieds du côté de la Grande Muraille de Chine...

Un reportage signé Paul Labrosse, Charles Maumy et Gaël Hubert.
Invité : Jean Viard, sociologue, spécialiste du temps libre et des vacances.
La rédaction de "Complément d'enquête" vous invite à commenter l'émission sur sa page Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #Cdenquete.


Source;

http://www.francetvinfo.fr/decouverte/vacances/video-pierre-et-vacances-la-recette-du-succes_2279541.html
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-du-jeudi-13-juillet-2017_2272355.html
http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/video-comment-pierre-vacances-sest-fait-subventionner-par-letat-francais_2281581.html


VIDEO. Résidences de tourisme : une propriétaire "prise en otage" par le système Pierre & Vacances


Le 13 juillet, "Complément d'enquête" sur le système Pierre & Vacances.
Le groupe est devenu le numéro 1 du tourisme en Europe avec un concept original : proposer aux Français d'acquérir leur logement de vacances grâce à un modèle économique basé sur la défiscalisation.
Dans cet extrait, une propriétaire dit s'être fait piéger.

FRANCE 2
France 2France Télévisions

Mis à jour le 12/07/2017 | 20:37
publié le 12/07/2017 | 13:55


Gérard Brémond, le patron de Pierre & Vacances, a fait fortune en proposant aux Français de devenir propriétaires de leur appartement de vacances pour le louer ensuite. Le groupe s'occupe de la gestion et reverse 10% des loyers aux propriétaires. L'avantage, pour ceux-ci, c'est la défiscalisation, et l'exonération de la TVA à l'achat grâce au principe du bail commercial.
Un "piège redoutable" dont se plaignent des centaines de propriétaires sur internet. Certains vont jusqu'à dénoncer un "comportement de bandit".
Extrait de "Complément d'enquête" sur le système Brémond, à voir le 13 juillet 2017. (voir vidéo en replay sur FranceTvInfo)
Sur le papier, tout semblait parfait. Convaincue par une jolie plaquette ornée de dessins d'architecte et la réputation du groupe Pierre & Vacances, Ludivine Stockil achète un appartement dans la résidence du lac Mondésir à Monflanquin (Lot-et-Garonne). Un cadre bucolique, 70 maisonnettes, une piscine chauffée. Persuadée de réaliser "un investissement de bon père de famille", Ludivine paie 90 000 euros son deux-pièces de 32 mètres carrés. Rassurée par une clause qui lui garantit un loyer fixe, cette mère au foyer signe un bail commercial pour le mettre en location.

Le piège du bail commercial

Neuf ans plus tard, à la fin du bail, mauvaise nouvelle. Les appartements ne se remplissent pas, et le groupe lui propose un nouveau contrat : le "loyer minimum garanti" passe de 5 500 euros à 2 740 euros. Un revenu divisé par deux. Inconcevable pour Ludivine, qui veut arrêter la location et récupérer son logement. Mais celui-ci perdrait alors son statut de résidence de tourisme, et elle devrait rembourser dans l'année la TVA dont elle a été exonérée : 8 500 euros. "Une sorte de prise d'otage", dit-elle.

Mais ce n'est pas tout. Pierre & Vacances vendrait ses résidences bien au-dessus du prix du marché. Le deux-pièces payé 90 000 euros en vaut aujourd'hui… 30 000.

Un extrait de "Pierre & Vacances, la saga", un hors-série de "Complément d'enquête" à voir le 13 juillet 2017.

Source:
http://www.francetvinfo.fr/decouverte/vacances/video-residences-de-tourisme-une-proprietaire-prise-en-otage-par-le-systeme-pierre-vacances_2279839.html
avatar
Chaous

Messages : 273
Date d'inscription : 10/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum