Jurisprudence sensible aux intérêts des investisseurs floués.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jurisprudence sensible aux intérêts des investisseurs floués.

Message  Chaous le Lun 18 Jan 2016 - 16:17

Ce jugement ne concerne pas directement notre promoteur/gestionnaire mais la méthode de commercialisation

Lire en fin d'article Cette jurisprudence emprunte donc la voie déjà tracée d’une jurisprudence sensible aux intérêts des investisseurs floués.



Une nouvelle victoire pour le cabinet ASR avocats en matière de défiscalisation immobilière
Actualité juridique publié le 18/01/2016 à 15:13, Auteur : ASR-AVOCATS


Par un jugement du 11 janvier 2016, le Tribunal de Grande Instance de Versailles a condamné le commercialisateur à payer la somme de 10.000 € dans le cadre d’un projet de défiscalisation immobilière prévu par la loi SCELLIER.

En espèce, l’acquéreur avait fait l’investissement dans le but de profiter d’un avantage fiscal dans le cadre de la loi dite Scellier, tel que l’investissement était présenté par le commercialisateur,

Mais la réalité s’est révélée toute autre : le bien est resté inoccupé plusieurs mois et l’acquéreur a perdu son avantage fiscal et a subi une grosse perte locative, ainsi qu’une surévaluation du bien immobilier.

Le tribunal a retenu la responsabilité délictuelle du commercialisateur, celui-ci n’ayant pas informé et conseillé correctement l’acquéreur sur l’avantage fiscal et les risques de l’opération ainsi que sur les risques de l’investissement.

En effet, le commercialisateur ayant mal évalué la surface du bien, il a été considéré à raison qu’il avait commis une erreur importante faussant partiellement les calculs sur le montant des loyers, et par conséquence l’évaluation de l’opération financière.

Il a en outre été retenu qu’à défaut d’information, notamment dans les documents informatifs, du problème posé par la vacance de location pendant plus de 12 mois dans le cadre de cette opération, le commercialisateur n’avait pas rempli son devoir d’information sur les risques encourus par le particulier. A ce titre les juges précisent que les entretiens sont insuffisants pour démontrer l’accomplissement de ce devoir, de même que les délais de rétractation dont a pu bénéficier le demandeur.

Cette jurisprudence emprunte donc la voie déjà tracée d’une jurisprudence sensible aux intérêts des investisseurs floués.

Source: http://www.legavox.fr/blog/asr-avocats/nouvelle-victoire-pour-cabinet-avocats-20301.htm#.Vp0NBx4rcQw" />" />
avatar
Chaous

Messages : 290
Date d'inscription : 10/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum